Electronic Pastorale

Electronic pastorale tente un moment de réconciliation. Mais quel intérêt a-t-on trouvé à séparer à ce point la théorie de la pratique ? le travail de la fête ? les technologies de l'écologie, la politique du quotidien ? La construction de la déconstruction ? Quelques jours par an pour reprendre tranquillement et joyeusement le contrôle sur la mégamachine par tous les moyens et explorer toutes les pistes de désertions possibles.

  • des ateliers pratiques fortement orientées autonomie,
  • des conférences critiques
  • des présentations de projets
  • des repas collectifs
  • des concerts et installations imprévisibles.
  • … et tout ce que chacun pourra inventer sur le moment!

Toutes les improvisations sont possibles durant ces quelques jours; à la fois si vous souhaitez proposer des activités ou améliorer la manière dont les choses se déroulent. Mais pour celles qui nécessiteraient un peu d'organisation, vous pouvez passer par ici dès maintenant.

Motifs de désertion

Cette citation issu d'un livre de Naomi Klein n'a pas pour vocation de fixer un cadre idéologique définitif mais plutôt d'introduire le plus simplement possible, avec tous les risques que la simplification comporte, aux constats fondateurs d'electronic pastorale. Notre choix de proposer un mode d'organisation ouvert, ou le plus poreux possible à l'initiative, vise à flouter le plus possible la frontière entre le visiteur, les participants et les organisateurs. De ce flou nous espérons produire une sorte d'alignement des légitimités à remettre en question ce constat afin qu'il soit en perpétuel progression pour chacunes des personnes présentes.

“De tels efforts de reconstruction populaires sont l'antithèse de l'éthos du complexe du capitalisme du désastre,sans cesse à la recherche de tables rases et de canevas vierges sur lesquels bâtir ses états modèles. A l'instar des coopératives agricoles et industrielles de l'Amerique Latine, ces projets par nature improvisés se contentent de ce qui a été laissé derrière, des outils rouillés qui n'ont pas été emportés, cassés ou volés. Au contraire du fantasme du Ravissement, c'est à dire de l'effacement apocalyptique qui permet aux croyants fervents quelques échappées éthérées dans le sublime, les mouvements de renouveau populaires partent du principe qu'il est impossible de fuir les gâchis considérables que nous avons crées et que l'oblitération -de la culture, de l'histoire, de la mémoire- a fait son temps. Ces mouvements cherchent à repartir non pas de zero, mais plutôt du chaos, des décombres qui nous entourent. Tandis que la croisade corporatiste poursuit son déclin violent et augmente sans cesse les chocs d'un cran pour vaincre les résistances de plus en plus vives qu'elle rencontre sur sa route, ces projets indiquent des voies d'avenir possible au milieu des fondamentalismes. Radicaux uniquement dans leur pragmatisme, profondément ancrés dans les lieux où ils vivent, ces hommes et ces femmes se considèrent comme d'humbles bricoleurs : ils réparent les matériaux qu'ils ont sous la main, les solidifient et les améliorent, visent l'égalité.Par dessus tout, ils s'arment de résilience – en prévision du prochain choc.”
Naomi Klein, La Stratégie du Choc,p564 .Actes Sud 2008.